Témoignages de femmes de détenus

La prison... 

Vaste sujet, grosses ignorances et histoires invraisemblables, voilà comment nouspouvons traduire cela.Un jour elle vous touche, vous ne savez ni pourquoi ni comment, mais elle devientomniprésente dans votre quotidien, vous mangez prison, vous parlez prison vous dormez etrêvez prison. Elle vous obsède au plus haut point.

Elle est arrivée chez moi en mars 2006, sans que je ne m’y attende « madame Delouvée votremari est en garde à vue, il va être incarcéré », vous vous prenez une grande claque en pleinefigure, vous pleurez encore et encore, pour reprendre vos esprits une paire d’heures plus tardet vous demander ce que vous avez bien pu faire au bon Dieu pour avoir méritez cela.

VOUS ? Rien, votre mari ? TOUT

Là commence notre chemin de croix, les papiers, les avocats, tout à gérer seule, alors qu’avantil était là…

L’enquête, le refus de communication avec votre mari, qu’on vous oblige à supporter :« NON madame vous avez interdiction jusqu’au procès de voir, de parler ou encore d’écrire àvotre mari », vous vous demandez pourquoi, ne comprenez pas tout ce que l’on vousexplique, car forcément la justice et les lois ce n’est pas votre fort, ce que vous en savez vousl’avez appris par les faits divers et les films à la télévision, la LOI la VRAIE, vous ne laconnaissez pas, personne d’ailleurs pour vous expliquer quoi que se soit, les avocats bagatelle,ils ne vous disent rien, ne savent ou ne veulent pas vous dire qu’ils savent. Bref le néant total,vous vous retrouvez seule, la famille partie en fumée, les amis inexistants, quand vous avez lemalheur de leur parler, ils vous font bien comprendre que dorénavant vous n’êtes « qu’unefemme de détenu »…..

Femme de détenu, voilà désormais notre nouveau grade au sein de la société….on vous traiteavec dédain, on vous méprise (on ne sait pas le crime qu’a fait votre mari mais ce n’est pasgrave, on le considère comme tueur en série au plus haut degré).

Le procès arrive, alors là, c’est du grand n’importe quoi, les juges, le procureur, les jurés, toutce beau monde est à mettre dans le même panier, celui de l’imbécilité… il y va de la vie d’unhomme et la plupart des jurés dorment sur leur chaise en plein procès, plus d’une fois vousavez envie de leur hurler « debout là dedans », mais non pas le droit, toujours et encore ledroit … la sentence tombe « 15ans ferme », là vous vous effondrez sur votre siège et pleurezencore et encore (oui les pleurs font partis intégrante de la femme de détenu tout au long deson calvaire).

Vient au bout de 2ans, de bons et loyaux services sans n’avoir pu communiquer avec votremari, votre permis de visite, Oh grand bonheur, grande Joie, je vous rassure, seulement decourte durée, car là, vient la rencontre avec la prison !!!!! Lieu d’horreur, de puanteur, decafard, de rat qui se baladent dans les parloirs (oui oui Fresnes c’est tout ça ensemble). Maisbon quelle joie de retrouver votre mari, de le serrer dans vos bras et de lui faire des bisous(pas trop les surveillants guettent !!! ), là rebelote, les pleurs encore et toujours, les pleurs dejoie, mais aussi les pleurs d’horreur, comment peut on enfermer un homme dans desconditions pareilles, car si les parloirs sont aussi dégueulasses (désolé du terme mais le motest encore trop faible pour exprimer tout cela) les cellules doivent être dans le même état, et effectivement renseignement pris auprès de votre mari, les cellules sont idem, la bouffeinfecte et froide, pas d’eau chaude dans les cellules, le chauffage laisse à désirer, les doucheshummmm grand moment de bonheur 2 fois par semaine (pas plus car ils risqueraient de seplaindre de bénéficier de trop d’hygiène), la santé il faut en avoir une bonne et solide, car aumoindre signe et bien …. Kedal….AH SI du DOLIPRANE, médicament miracle qui soigneaussi bien les rhumes que les angines et les jambes cassées……et encore pour avoir ne seraitce qu’un cachet de doliprane, il faut prévoir le lundi que vous allez tomber malade le samedi,si vous n’avez pas de boule de cristal pour prévoir cela, et bien vous n’avez plus qu’à attendreque le mal passe (ou vous faire ramener en douce de l’efferalgant lyoc par votre femme au parloir).

Et oui, la prison c’est tout cela et bien plus encore, notamment une chose qui facilite laréinsertion, la JAP (juge d’application des peines), alors là aussi grand moment de bonheur,charmante femme au premier abord -_- seulement aux abords bien sur …. La réinsertion je nepense pas que ce mot soit inscrit dans son vocabulaire, sabrant au fil des ans les crédits dereport de peine supplémentaire (CRPS) sous des prétextes bidons et erronés.

Bref vous voyez, c’est tout cela la prison, et bien plus encore, un grand moment de joie et debonheur, vous diront les gens bien intentionnés, qui pensent pour la plupart que les détenussont confinés dans un complexe style « Club Med », avec activités gratuites (là aussi c’estfaux car des cotisations sont demandées aux détenus, pour certaines d’entres elles), bouffe àvolonté, douche tout les jours, télévision gratuites, le pied quoi …..



La taule ...

 

Qu’est ce que cette chose ????

 

Tout le problème est là .... Et oui qu'est ce la prison pour le citoyen lambda ???

 

Et bien ce n'est ni plus ni moins que le club med ... et oui vous avez bien lu, le club med ....

 

Une haute opinion de nos détenus hein me direz vous, ou alors une opinion juste pour la personne n'ayant jamais côtoyée cet univers .....

 

La taule en quelques points si vous me le permettez.

 

- prison : club med dédié aux détenus dont on paye le logis la bouffe et le reste

 

Et oui TOUT le monde pense ça, à tort ou à raison mais toujours sans savoir ce qui se passe vraiment derrière ces murs infâmes....

 

Pour n'importe quel citoyen, ils pensent que leurs impôts servent à entretenir un pourri qui mérite sa place en taule.

 

Et bien nous allons rétablir un peu la vérité ...

 

Ok nos impôts permettent de construire des prisons ultra performantes soit disant et à les faire fonctionner, mais il faut savoir aussi que les grosses entreprises telles que Dior, Haribo etc..... se servent des détenus pour avoir de la main d'oeuvre à moindre prix, exempt de toutes charges et taxes et qui ne leur coute quasiment rien par mois, d'où la manne formidable pour ces entreprises là .... Sachant qu'elles ne rémunèrent qu'environ 150 euros par mois, les détenus travaillants pour elles et se tapant 35 heures de boulot par semaines, et oui il faut savoir cela car du coup nous regardons d'un autre oeil ces gens là, car QUI voudrait bosser pour 150 euros par mois ?? Et bien franchement pas moi ....

 

Alors ok on va me dire qu'ils le méritent, qu'ils ne font que payer leur dette à la société etc. ....

 

Il faut savoir aussi qu'avec ces 150 euros par mois, 30% est pris à la base pour payer les parties civiles (même si il n'y en a pas le besoin) et l'espèce de pécule qu'ils épargnent pour le jour de leur sortie ....

 

Ils payent aussi pour le papier toilette, les produits de toilette, l'amélioration de leur quotidien niveau alimentation (ils payent environ 20 à 30% plus cher que dans un commerce lambda au dehors).

 

Ils payent pour la location de leur télévision, pour la location de leur frigo si ils veulent garder plus qu'une journée des denrées périssables...

 

Après il y a aussi leurs cigarettes ....

 

Bref à la fin du mois (et encore quand ils y arrivent) et bien ils ne leur reste rien, AH j'oubliais les sommes faramineuses pour pouvoir téléphoner à leur famille, environ 50cts d'euros la minute de téléphone .... Et oui et bien avec un tel forfait beaucoup d'entre vous n'auraient pas de portables hein ... mais eux et bien ils sont obligés d'en passer par là si ils veulent avoir un peu de nouvelles de leur femme ou famille .... Et oui ....

 

Alors quand on me dit que la taule c'est un club med et bien bravo .... car combien d'entre vous voudrait subir des fouilles à nu à chaque fois que votre famille vous rend visite, voudrait avoir vos conversations téléphoniques écoutées, votre courrier ouvert, un manque de soins médicaux avérés, des brimades venant de vos codétenus ou des matons eux même, avoir peur en allant prendre sa douche (sachant qu'en maison d'arrêt les douches sont d'environ 3 fois par semaine, bin ouais pourquoi avoir de l'hygiène c'est vrai ça ne sert à rien), se faire soigner avec du "doliprane " même en ayant une jambe cassée.... et j'en passe et des meilleurs ....

 

Bref que tout les incultes qui nous entourent et se disent de "bons conseils" ou pensent tout savoir de la taule, se taisent car franchement hormis les familles vivant se calvaire savent le fin mot de l'histoire, sachant que même si ils nous disent un peu comment cela se passe derrière les murs, ils nous en cachent encore deux fois plus, pour justement ne pas nous affoler ....

 

A bon entendeur ....  



Notre vie…

Notre vie de femme de détenu, qu’est ce ? Une vraie question pour la personne lambda !!!

Pour nous tout un parcours, LE parcours, une merde incommensurable, indescriptible, abjecte et qui donne envie de vomir fréquemment ….

Une vie qui commence le matin, se lever, se préparer, préparer les enfants et partir pour une dure journée de taff (car il faut l’avouer on aimerait bien élever nos gosses et que notre mari aille bosser à notre place lol ), mais là et bien il ne faut pas rêver, nous n’avons personne à nos cotés pour le quotidien, et assume avec nous ou à notre place…

Une vie faite de rires et de pleurs, surtout de pleurs (nous savons NOUS femmes de détenu, que les larmes sont inépuisables), la moindre contrariété, le moindre problème devient pour nous un vrai calvaire, alors que pour un couple normal, la vie se passe à deux et les soucis sont partagés (nous non il n’y a que nous et encore que nous, et encore il faut penser pour notre moitié incarcéré, donc doublement des problèmes).

Un quotidien ingérable ou presque, une question par ci pas de réponse par là bref le désert affectif, compréhensif et moral. Mais !! car il y a un mais, la survie…

Quel beau mot que celui là, la survie hummmmm, mot formidable pour nous, car il nous soutien chaque jour, chaque minute, nous survivons, voila le juste mot du vocabulaire des femmes de détenu, survie au niveau moral, survie au niveau argent, survie au niveau amour (surtout amour)

ESPOIR, autre mot essentiel de notre vocabulaire, espoir de les voir sortir, espoir de vivre mieux espoir espoir espoir…..

Ahhhhhh oui PENITENTIAIRE !!!! Autre mot indéniable, nous vivons pénitentiaire, nous mangeons pénitentiaire, nous rêvons pénitentiaire et nous vomissons pénitentiaire !!!! Vomissons car la pénitentiaire est une juridiction impropre à la consommation, indigeste néfaste et  mortelle.

Vous allez me trouver dure, parano, pessimiste, que nenni, ce sont là tout les termes auxquels nous pensons quand nous parlons de la prison, et oui triste réalité hein, mais c’est comme cela. Personne n’aime parler de cette chose qu’est la PRISON, et pourtant NOUS, nous la vivons au quotidien, NOTRE quotidien, notre vie de tout les jours, imparfaite, néfaste à notre survie, bref une belle saloperie…

Les personnes non impliquées ne le comprendront pas, mais les femmes de détenus me comprennent, le savent et approuvent, heureusement nous formons malgré tout une « communauté », certes restreinte, mais une communauté quand même, une communauté soudée, sachant les peines et les joies qui nous touchent, une communauté parfois unie, parfois infecte, car il faut gérer les problèmes, et automatiquement tout ressort  sur les relations avec les autres, mais ça SEULE NOUS femmes de détenus pouvons le comprendre et le tolérer.

Une vie, pouvons nous appeler ça une vie, NON une survie, seulement une survie, juste ça, comment ne pas survivre après les parloirs, après les mandats (alors que nous n’avons que le strict minimum pour vivre), après la gérance de tout ce qui touche à la vie de tout les jours ?

Liberté, que le mot est GRAND et BEAU, nous en rêvons tout les jours que Dieu fait, toutes les minutes passées à attendre, tout les moments de bonheur que nous vivons et qui ne sont pas partagé avec notre mari, liberté, Oh ESPOIR au DERISION surtout ….. Dérision oui, car comment avoir espoir en aillant un être cher en prison ? Répondez si vous le pouvez, vous GENS bien sous tous rapports….

Solitude, ça c’est notre quotidien, notre solitude nous pèse, personne ne le comprend et personne ne le partage … Nous le vivons seule et nous ne le partageons pas !!! (D’ailleurs quelle est la personne qui voudrait le partager hein ?)

Emmanuelle Delouvée femme de détenu longue peine

 

 

 

Le plus dur au début a été de réaliser que je ne le verrais plus tous les jours.

Je survis depuis son incarcération, le manque est très fort et je n'arrive plus à dormir,

 je me réveille souvent la nuit en espérant le trouver à coté de moi et je ne compte plus les fois ou j'ai pleuré pour que ce cauchemar s'arrête...
On ne s'habitue jamais à cette situation, on fait avec parce qu’on a pas le choix et parce qu’en tant que femme de détenu, on est montré du doigt et souvent on est mis à l'écart par la famille, les amis...
Pas facile de gérer seule le quotidien, entre les enfants, les factures, les fins de mois difficiles et ma vie de femme en pâtit, puisque les parloirs ne laissent aucune intimité possible, nous sommes juste séparés avec les autres familles par des cloisons en bois et on ne s'entend même pas parler... 
Je dois subvenir aux besoins de mon mari, en lui envoyant chaque mois un mandat afin qu'il puisse cantiner et afin qu'il puisse me téléphoner. Récemment il a commencé une formation d'agent de propreté, sous payée, mais au moins cela va m’éviter de lui envoyer de l'argent et par la même occasion de soulager mon budget...
Cette épreuve a soudé notre couple, a renforcé le lien qui nous unissait, je ne pourrais pas imaginer l'avenir sans mon mari à mes côtés, c'est l'homme de ma vie, le seul, l'unique...

 

M.C femme de détenu longue peine

 

La prison, 

La prison pour moi est la machine a détruire l'être humain, la prison est la grande maison dans laquelle on rentre parfois détruis et de laquelle on ressort mort, la prison est l'endroit ou le peu d'humanité que l'on a le droit de retrouver est minuté, chronométré, discuté et épié. La prison est l'endroit qui a détruit ma jeunesse, l'endroit qui a tué des amis, l'endroit qui m'a enlevé l'amour de ma vie et qui ne me le rendra pas tel qu'il est parti. La prison ma enlevé mon sourire pour me donner en échange la conscience de la bêtise humaine et de la méchanceté. La prison ma montré que le mot justice est formulé que pour faire jolie. La prison ma montré que le mot réinsertion n'est la que pour faire taire les familles de détenus en leur faisant croire l'impossible. En prison rentre des hommes. De prisons ressort une armée de déchet, une armée d'hommes qui haïssent, qui sont fous, qui font mal tellement ils ont mal. La prison détruit des familles, brise des couples, bousille les cœurs. La prison est pour moi l'enfer sur terre. Elle prive de liberté mais surtout de dignité, d'humanité.
Comment ne pas avoir la haine lorsque l'on a contact avec l’administration pénitentiaire. Voila ce que représente la prison pour moi ... Je ne veut pas d’anonymat, j’assume mon message et soutien Emma , que la prison a bien bousillé . Emma, mon amie ... 
alors moi je suis charlotte petit, la prison ma détruite et je me permets avec tout le respect que je vous dois de lui dire merde.

Charlotte Petit ex femme de détenu


22 votes. Moyenne 4.05 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 14/06/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×