LA PRISON

La prison…

Vaste sujet, grosses ignorances et histoires invraisemblables, voilà comment nouspouvons traduire cela.

Un jour elle vous touche, vous ne savez ni pourquoi ni comment, mais elle devientomniprésente dans votre quotidien, vous mangez prison, vous parlez prison vous dormez etrêvez prison. Elle vous obsède au plus haut point.

Elle est arrivée chez moi en mars 2006, sans que je ne m’y attende « madame Delouvée votremari est en garde à vue, il va être incarcéré », vous vous prenez une grande claque en pleinefigure, vous pleurez encore et encore, pour reprendre vos esprits une paire d’heures plus tardet vous demander ce que vous avez bien pu faire au bon Dieu pour avoir méritez cela.

VOUS ? Rien, votre mari ? TOUT

Là commence notre chemin de croix, les papiers, les avocats, tout à gérer seule, alors qu’avantil était là…

L’enquête, le refus de communication avec votre mari, qu’on vous oblige à supporter :« NON madame vous avez interdiction jusqu’au procès de voir, de parler ou encore d’écrire àvotre mari », vous vous demandez pourquoi, ne comprenez pas tout ce que l’on vousexplique, car forcément la justice et les lois ce n’est pas votre fort, ce que vous en savez vousl’avez appris par les faits divers et les films à la télévision, la LOI la VRAIE, vous ne laconnaissez pas, personne d’ailleurs pour vous expliquer quoi que se soit, les avocats bagatelle,ils ne vous disent rien, ne savent ou ne veulent pas vous dire qu’ils savent. Bref le néant total,vous vous retrouvez seule, la famille partie en fumée, les amis inexistants, quand vous avez lemalheur de leur parler, ils vous font bien comprendre que dorénavant vous n’êtes « qu’unefemme de détenu »…..

Femme de détenu, voilà désormais notre nouveau grade au sein de la société….on vous traiteavec dédain, on vous méprise (on ne sait pas le crime qu’a fait votre mari mais ce n’est pasgrave, on le considère comme tueur en série au plus haut degré).

Le procès arrive, alors là, c’est du grand n’importe quoi, les juges, le procureur, les jurés, toutce beau monde est à mettre dans le même panier, celui de l’imbécilité… il y va de la vie d’unhomme et la plupart des jurés dorment sur leur chaise en plein procès, plus d’une fois vousavez envie de leur hurler « debout là dedans », mais non pas le droit, toujours et encore ledroit … la sentence tombe « 15ans ferme », là vous vous effondrez sur votre siège et pleurezencore et encore (oui les pleurs font partis intégrante de la femme de détenu tout au long deson calvaire).

Vient au bout de 2ans, de bons et loyaux services sans n’avoir pu communiquer avec votremari, votre permis de visite, Oh grand bonheur, grande Joie, je vous rassure, seulement decourte durée, car là, vient la rencontre avec la prison !!!!! Lieu d’horreur, de puanteur, decafard, de rat qui se baladent dans les parloirs (oui oui Fresnes c’est tout ça ensemble). Maisbon quelle joie de retrouver votre mari, de le serrer dans vos bras et de lui faire des bisous(pas trop les surveillants guettent !!! ), là rebelote, les pleurs encore et toujours, les pleurs dejoie, mais aussi les pleurs d’horreur, comment peut on enfermer un homme dans desconditions pareilles, car si les parloirs sont aussi dégueulasses (désolé du terme mais le motest encore trop faible pour exprimer tout cela) les cellules doivent être dans le même état, eteffectivement renseignement pris auprès de votre mari, les cellules sont idem, la bouffeinfecte et froide, pas d’eau chaude dans les cellules, le chauffage laisse à désirer, les doucheshummmm grand moment de bonheur 2 fois par semaine (pas plus car ils risqueraient de seplaindre de bénéficier de trop d’hygiène), la santé il faut en avoir une bonne et solide, car aumoindre signe et bien …. Kedal….AH SI du DOLIPRANE, médicament miracle qui soigneaussi bien les rhumes que les angines et les jambes cassées……et encore pour avoir ne seraitce qu’un cachet de doliprane, il faut prévoir le lundi que vous allez tomber malade le samedi,si vous n’avez pas de boule de cristal pour prévoir cela, et bien vous n’avez plus qu’à attendreque le mal passe (ou vous faire ramener en douce de l’efferalgant lyoc par votre femme auparloir).

Et oui, la prison c’est tout cela et bien plus encore, notamment une chose qui facilite laréinsertion, la JAP (juge d’application des peines), alors là aussi grand moment de bonheur,charmante femme au premier abord -_- seulement aux abords bien sur …. La réinsertion je nepense pas que ce mot soit inscrit dans son vocabulaire, sabrant au fil des ans les crédits dereport de peine supplémentaire (CRPS) sous des prétextes bidons et erronés.

Bref vous voyez, c’est tout cela la prison, et bien plus encore, un grand moment de joie et debonheur, vous diront les gens bien intentionnés, qui pensent pour la plupart que les détenussont confinés dans un complexe style « Club Med », avec activités gratuites (là aussi c’estfaux car des cotisations sont demandées aux détenus, pour certaines d’entres elles), bouffe àvolonté, douche tout les jours, télévision gratuites, le pied quoi …..

Emmanuelle Delouvée femme de détenu longue peine.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site