SUICIDES

SUICIDES DEPUIS LE 1er JANVIER 2012

Depuis le 1er janvier 2012 nous en sommes au triste chiffre de 67 suicides ou morts suspectes dans les prisons de France ...... 

Il faut que cela cesse réellement.... 

La peine de mort est soit disant abolie en france mais par contre bon nombre de détenus continuent de mourir dans nos prisons, une honte pour la France et la justice .... ils n'auraient pas voulu abolir la peine de mort que cela n'aurait pas été pire et les morts auraient été tout aussi nombreuses ..... 

115eme SUICIDE depuis le 1er janvier 2010

Eysses (47) : un détenu se suicide

Un détenu natif de Périgueux s'était donné la mort par pendaison ce matin dans sa cellule

Un détenu de 24 ans natif de Périgueux s'était donné la mort par pendaison ce matin dans sa cellule du centre de détention d'Eysses.

Cet homme purgeait une peine pour violences sur ascendant et violences avec arme.

Arrivé en Lot-et-Garonne le 3 décembre dernier, il était libérable au 5 juin 2012.

Un détenu permissionnaire se suicide en se jetant sous un train

Un détenu permissionnaire se suicide en se jetant sous un train

MEAUX - Un homme de 37 ans, détenu à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), s'est suicidé samedi après-midi en se jetant sous un train à Pomponne (Seine-et-Marne), alors qu'il bénéficiait d'une permission de deux jours pour fêter Noël, a-t-on appris lundi de source policière.

 

Vers 14H20 samedi, ce détenu s'est jeté sous un train à Pomponne, juste avant la gare de Lagny (Seine-et-Marne), et est mort sur le coup, a indiqué cette source policière, confirmant une information du Parisien.

Il bénéficiait d'une permission pour fêter Noël chez son frère, à Lagny. Toujours selon cette source policière, l'homme était dépressif.

106ème suicide ou mort suspecte connu(e) en détention en 2010

106ème suicide ou mort suspecte connu(e) en détention en 2010

Le nombre de suicides ou de morts suspectes en prison ne diminue pas.
Un suicide ou mort suspecte tous les trois jours en prison,
10 fois plus qu’en milieu libre.
 
Manquement grave de l’administration pénitentiaire. L’omerta [1] continue sur la réalité des chiffres quant aux conditions et lieu réel du décès.
C.D. Longuenesse
Suicide d’un homme de 46 ans par pendaison,
le 18 novembre
 
Nous exigeons, les familles et proches exigent la vérité de la part de l’administration pénitentiaire et des autorités judiciaires afin que toute la lumière soit faite sur ces nouveaux décès.

Les familles et proches souhaitent une vraie prise en compte de leurs souffrances et une aide directe de la part de l’administration pénitentiaire.

Les autorités judiciaires doivent assumer toutes leurs responsabilités sur ces nouveaux décès.

106 suicides et morts suspectes connus depuis le 1er janvier 2010
Nous savons que ces chiffres ne reflètent pas la réalité. La création de l’Observatoire des suicides et des morts suspectes sur le site prison.eu.org a permis d’interpeller l’opinion publique.
www.prison.eu.org/spip.php ?page=rubrique&id_rubrique=68

« L’ensemble des études pointent comme des périodes de particulière vulnérabilité, outre l’entrée en détention, certains moments particuliers :
la période correspondant au jugement ;
le placement au quartier disciplinaire ;
la période postérieure à une tentative de suicide ou à une automutilation. ».
Circulaire du 26 avril 2002 NOR JUSE0240075C sur la Prévention des suicides dans les établissements pénitentiaires.

« Le droit à la vie : il est nécessaire de montrer que l’administration pénitentiaire doit tenir compte de cette obligation dans la mise en place de certaines procédures (quartier disciplinaire, isolement...). ».
Conclusion du 20 octobre 2003 du Rapport de la CNCDH sur les droits de l’homme en prison.

Contact Presse :
Milko Paris, tél. 06 60 17 33 42
mail. redaction@banpublic.org


[1] Omerta : Par extens. Loi du silence imposée par un groupe. (Le nouveau Littré, 2006)
Le véritable problème posé par ces statistiques est qu’elles sont globales : l’administration pénitentiaire se garde bien de communiquer le détail de son décompte macabre. Elle "omet" de publier la date, l’âge, le lieu dans la détention (quartier disciplinaire, quartier d’isolement cellule d’arrivant etc...), et cultive l’opacité la plus absolue lorsqu’il s’agit d’obtenir des explications précises quant aux conditions dans lesquelles ces femmes, ces enfants, ces hommes sont décédés.
Ces statistiques, transmises par l’Administration Pénitentiaire, ne disent rien sur les souffrances des proches, leur prise en charge psychologique, leur prise en charge financière, et sur la manière dont l’information leur est transmise ou pas...

Observatoire des Suicides et des morts suspectes
http://www.prison.eu.org/spip.php?page=rubrique&id_rubrique=68

___________________________________________________
PRISON.EU.ORG est un site de Ban Public

105ème suicide ou mort suspecte connu(e) en détention en 2010

105ème suicide ou mort suspecte connu(e) en détention en 2010


Le nombre de suicides ou de morts suspectes en prison ne diminue pas.
Un suicide ou mort suspecte tous les trois jours en prison,
10 fois plus qu’en milieu libre.
 
Manquement grave de l’administration pénitentiaire. L’omerta [1] continue sur la réalité des chiffres quant aux conditions et lieu réel du décès.
C.P. Nancy-Maxéville
Suicide d’un jeune homme de 19 ans par pendaison,
quatre jours avant sa sortie, et faisant l’objet de soins psychiatriques,
le 16 novembre
 
M.A. Grasse
Suicide d’un homme de 32 ans par pendaison,
le 15 novembre
 
M.A. Blois
Suicide d’un homme de 49 ans,
le 15 novembre
 
Nous exigeons, les familles et proches exigent la vérité de la part de l’administration pénitentiaire et des autorités judiciaires afin que toute la lumière soit faite sur ces nouveaux décès.

Les familles et proches souhaitent une vraie prise en compte de leurs souffrances et une aide directe de la part de l’administration pénitentiaire.

Les autorités judiciaires doivent assumer toutes leurs responsabilités sur ces nouveaux décès.

105 suicides et morts suspectes connus depuis le 1er janvier 2010
Nous savons que ces chiffres ne reflètent pas la réalité. La création de l’Observatoire des suicides et des morts suspectes sur le site prison.eu.org a permis d’interpeller l’opinion publique.
www.prison.eu.org/spip.php ?page=rubrique&id_rubrique=68

« L’ensemble des études pointent comme des périodes de particulière vulnérabilité, outre l’entrée en détention, certains moments particuliers :
la période correspondant au jugement ;
le placement au quartier disciplinaire ;
la période postérieure à une tentative de suicide ou à une automutilation. ».
Circulaire du 26 avril 2002 NOR JUSE0240075C sur la Prévention des suicides dans les établissements pénitentiaires.

« Le droit à la vie : il est nécessaire de montrer que l’administration pénitentiaire doit tenir compte de cette obligation dans la mise en place de certaines procédures (quartier disciplinaire, isolement...). ».
Conclusion du 20 octobre 2003 du Rapport de la CNCDH sur les droits de l’homme en prison.

Contact Presse :
Milko Paris, tél. 06 60 17 33 42
mail. redaction@banpublic.org


[1] Omerta : Par extens. Loi du silence imposée par un groupe. (Le nouveau Littré, 2006)
Le véritable problème posé par ces statistiques est qu’elles sont globales : l’administration pénitentiaire se garde bien de communiquer le détail de son décompte macabre. Elle "omet" de publier la date, l’âge, le lieu dans la détention (quartier disciplinaire, quartier d’isolement cellule d’arrivant etc...), et cultive l’opacité la plus absolue lorsqu’il s’agit d’obtenir des explications précises quant aux conditions dans lesquelles ces femmes, ces enfants, ces hommes sont décédés.
Ces statistiques, transmises par l’Administration Pénitentiaire, ne disent rien sur les souffrances des proches, leur prise en charge psychologique, leur prise en charge financière, et sur la manière dont l’information leur est transmise ou pas...

Observatoire des Suicides et des morts suspectes
http://www.prison.eu.org/spip.php?page=rubrique&id_rubrique=68


http://prison.eu.org/spip.php?article13363
___________________________________________________
PRISON.EU.ORG est un site de Ban Public

Un détenu se suicide à la prison de Blois

Un détenu se suicide à la prison de Blois

Un détenu âgé de 49 ans s'est suicidé dans sa cellule de la prison de Blois, dans le Loir-et-Cher, a indiqué lundi une source judiciaire. Le détenu, qui demeurait près d'Orléans, a été découvert par les surveillants lundi peu avant sept heures, selon cette source. Il purgeait deux peines pour recel et vol avec violence. Le dernier suicide à la prison de Blois remontait à janvier 2007. Le parquet de Blois a ouvert une enquête et ordonné une autopsie

Un détenu qui s'était pendu meurt

Un détenu qui s'était pendu meurt

Un détenu de 23 ans est décédé hier à l'hôpital après avoir été retrouvé pendu dans sa cellule de la maison d'arrêt de Fresnes, dans le Val-de-Marne, a appris l'AFP de sources concordantes. Le jeune homme, qui purgeait une condamnation pour vol à main armée, avait été découvert le 20 octobre pendu dans sa cellule où il était à l'isolement, a indiqué une source judiciaire. Le prisonnier avait alors été conduit à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière dans un état très grave, a poursuivi cette source.

Selon une source proche du dossier, ce détenu souffrait de dépression au moment de son suicide et venait de quitter l'unité de soins psychiatriques de la maison d'arrêt de Fresnes. Une enquête administrative devrait être ouverte conformément à la procédure, a précisé la source judiciaire.

Hier, la ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie a estimé que les chiffres des suicides en prison demeuraient "dramatiques", malgré une légère diminution enregistrée depuis la mise en oeuvre d'un plan de prévention en août 2009.

Depuis le début 2010, 90 suicides ont été enregistrés en prison, comparés à 104 sur la même période de l'année dernière, a précisé la garde des Sceaux.

 

Suicides/prison : chiffres "dramatiques"

Suicides/prison : chiffres "dramatiques"

 

Les chiffres des suicides en prison "demeurent dramatiques", malgré une légère diminution enregistrée depuis la mise en oeuvre d'un plan de prévention en août 2009, a déclaré aujourd'hui la ministre de la Justice Michèle Alliot-Marie.

Depuis le début de 2010, 90 suicides ont été enregistrés en prison, comparés à 104 sur la même période de l'année dernière, a précisé la garde des Sceaux lors de la présentation à la presse, avec la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, d'un plan sur quatre ans (2010-2014) visant à améliorer la santé des détenus.

Les protections d'urgence, les "kits anti-suicide" (couvertures indéchirables, pyjama en papier ...) "ont été utilisés à plus de 500 reprises", selon la ministre. "Huit sites sont aujourd'hui en capacité d'utiliser leurs cellules de protection d'urgence" et "y ont eu recours à 14 reprises", a ajouté Mme Alliot-Marie.

L'expérimentation du "codétenu de soutien" a eu lieu sur quatre sites et donne "des premiers résultats très satisfaisants", a-t-elle dit. Une évaluation de cette expérimentation va être effectuée, avec "un rapport d'étape en janvier 2011".

Selon les chiffres officiels diffusés début 2010, 115 détenus s'étaient suicidé en 2009, contre 109 en 2008. Les détenus se suicident six fois plus que les hommes libres âgés de 15 à 59 ans, rappelle le "plan d'actions stratégiques 2010-2014" des ministères de la Santé et de la Justice.

 

Alsace: deux suicides en prison

Alsace: deux suicides en prison

Deux détenus, un adolescent de 17 ans et un homme de 69 ans, se sont suicidés au cours du week-end en Alsace.

L'adolescent, détenu au quartier des mineurs de la maison d'arrêt de Strasbourg, a été retrouvé pendu samedi soir dans sa cellule où il était seul. Par ailleurs, à la maison d'arrêt de Colmar, un homme de 69 ans s'est également pendu dans sa cellule, dans la nuit de samedi à dimanche.

Selon l'édition de lundi du quotidien régional Dernières nouvelles d'Alsace (DNA), l'adolescent était en détention provisoire depuis mai dans l'attente de son procès pour le viol et le meurtre d'un quinquagénaire.

Quant au détenu qui s'est suicidé à Colmar, il s'agit selon les DNA d'un ancien boulanger "impliqué dans une sombre affaire de séquestration et de violences où la victime était son ex-compagne" et qui avait été mis en examen et écroué vendredi.

 

Un adolescent se suicide à la prison de Rouen

Un adolescent se suicide à la prison de Rouen

 

Dimanche en début d'après-midi, un jeune de 17 ans s'est pendu à la maison d'arrêt de Rouen

L'avocate et la famille du jeune ont confirmé les faits. Dimanche, vers 13 heures un jeune homme qui avait été incarcéré la veilles'est suicidé en se pendant avec un drap. Il était originaire de Oissel.

Ses proches précisent qu'il était très fragile au moment de son incarcération. Son avocate avait demandé qu'il soit hospitalisé.

Ce jeune était poursuivi pour vandalisme sur une voiture à Oissel.

Déjà, en février, un mineur de 15 ans  s'est suicidé à la prison de Rouen.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site