Une prison, dans la Creuse et de 400 places

Une prison, dans la Creuse et de 400 places

Entre l'annonce de la suppression de la maison d'arrêt de Guéret et l'hypothèse de la construction d'une structure plus grande en Creuse, Force Ouvrière pénitentiaire espère que le projet creusois verra le jour.
Dans le cadre de la politique générale des services publics et de la réforme de la carte judiciaire en France, des annonces ont été faites, en juillet dernier, par le Garde des Sceaux concernant la construction d'un certain nombre de prisons et la fermeture d'autres.

La fermeture de la maison d'arrêt de Guéret a été officiellement annoncée pour 2015 mais il y a un projet de construction d'une nouvelle et plus grande maison d'arrêt, en Limousin. 

N'ayant pas d'autres précisions les délégués Force Ouvrière de la maison d'arrêt de Guéret, Sylvain Berger et Cyrille Clavaud, accompagnés de leur délégué régional, Christophe Beaulieu, ont rencontré hier le préfet de la Creuse pour essayer d'obtenir des informations. 

Au cours d'une conférence de presse donnée à l'issue de cette rencontre, les délégués FO pénitentiaires ont apporté quelques précisions. 

« La maison d'arrêt de Guéret dépend de la direction interrégionale de Bordeaux. Celle de Guéret doit fermer, celle de Limoges aussi. On nous a promis la construction d'un centre pénitentiaire en Limousin. Or, parmi tous les projets français, celui du Limousin est le plus en retard alors que la date butoir est fixée à 2015 ». 

Pour l'heure le projet de construction d'un tel centre, envisagé à Couzeix, aux portes de Limoges, rencontre une totale opposition de la part des élus mais aussi des habitants. 

« Pour l'heure c'est donc le flou le plus total. D'autant que le prochain remaniement ministériel ne devrait pas activer les choses », selon les syndicalistes qui prônent l'avantage des petites structures par rapport aux grands centres : « Sur le plan financier il faut savoir qu'à Guéret un détenu coûte environ 10 euros par jour, dans une grande structure c'est de l'ordre de 30 euros. À Guéret il faut compter un employé par détenu, dans une grande, le ratio est de l'ordre de 1 pour 3, ». 

Quant à la sécurité et aux conditions de vie, « dans la maison d'arrêt de Guéret la gestion est maîtrisée. 

Ainsi à Guéret il n'y a eu aucun suicide depuis des années, dans un grand centre, comme celui de Mont-de-Marsan qui accueille environ 700 détenus, il y en a eu 12 en un an... » Du coup FO milite pour une maison d'arrêt de 400 places, ni trop petite ni trop grande, et qui emploierait environ 200 personnes. ».

Concernant le dossier creusois, FO pénitentiaire apporte un peu d'eau au moulin des deux députés creusois qui militent, chacun de leur côté, pour la construction d'une structure pénitentiaire dans le département : « En fait, une telle maison d'arrêt doit impérativement être construite non loin d'un hôpital, 20 km au maximum, et près d'un grand axe routier, la RN 145 par exemple ». 

Enfin, concernant les soucis qu'une telle structure peut drainer à proximité, FO pénitentiaire rappelle qu'une maison d'arrêt, même de 400 places, n'accueille que « des prévenus dans l'attente d'être jugés et des détenus condamnés au maximum à deux ans de prison. Cela n'a donc rien à voir avec les grands centres de détention dont les familles des condamnés s'installent souvent à proximité ». 

Reste maintenant à connaître le sort du projet creusois. 

Pour FO les choses sont claires : « Actuellement l'Administration joue les grandes muettes. Seuls les politiques peuvent faire avancer ce dossier ». La balle est dans leur camp. 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site