Le Sénat dit non à la télévision gratuite en prison

Le Sénat dit non à la télévision gratuite en prison

PARIS (Reuters) - Il n'y aura pas d'accès gratuit à la télévision en prison, ont décidé lundi les sénateurs qui examinaient les crédits "justice" dans le cadre du projet de loi de finances pour 2011.

Le Sénat a rejeté, comme l'avait demandé le gouvernement, un amendement en ce sens des sénateurs socialistes Richard Yung et Robert Badinter.

Cet amendement traduisait une revendication de l'association Robin des lois dirigée par l'ancien détenu François Korber.

Richard Yung proposait notamment de réduire les crédits du budget communication du ministère pour financer cette mesure dont il estime le coût à sept millions d'euros.

La Cour des comptes a dénoncé en juillet dernier le manque de transparence concernant le prix de la location en prison d'un poste de télévision, qui varie de quatre à 40 euros par mois. La ministre de la Justice de l'époque, Michèle Alliot-Marie, avait alors fixé un prix unique de huit euros.

A l'Assemblée nationale, toujours dans le cadre des crédits "justice", le député PS Jean-Jacques Urvoas avait présenté en vain le 3 novembre un amendement qui proposait lui aussi l'accès gratuit à la télévision pour les détenus.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site